• David ROUSSIN

L’été sera chaud, attention aux cyanobactéries !

L’été ou les périodes de fortes chaleurs devenues aléatoires peuvent engendrer une conséquence

pouvant avoir des effets très souvent redoutables pour nos animaux : les CYANOBACTERIES !

Alors que pendant la même période, il faut favoriser les baignades de nos chiens afin de leur permettre une meilleure thermorégulation et ainsi éviter le risque de coup de chaleur, il faudra veiller à bien observer ces fameux les points d’eau et faire preuve de prévoyance sans tomber dans la paranoïa car tous les lieux humides sont loin d’être touchés. Les cyanobactéries sont abondantes naturellement partout à travers le monde.

En plus d’être tout aussi dangereuses pour la santé humaine (et plus particulièrement les enfants), l’intoxication par les cyanotoxines entraîne un réel risque de mortalité chez les chiens qui boiraient ou se baigneraient dans tout point d’eau touché.

A quoi cela ressemble :

Aussi appelées « algues bleues », ou « algues bleu-vert », les cyanobactéries forment de fins filaments que l’on peut observer à l’œil nu.

Exceptionnellement et avec certaines luminosités, l’eau peut prendre une teinte étrange bleue-verte.

Epidémiologie :

Environnement :

Tous les cours d’eau ou les points d’eau qu’ils soient d’eau douce ou d’eau de mer peuvent être touchés, les eaux stagnantes sont potentiellement les plus à risque.

Les cyanobactéries sont une vaste famille de micro-organismes se développant naturellement dans l’eau. En fonction du type et de l’environnement chaud (souvent en été), lors de canicule ou avec un volume d’eau peu important sur des espaces restreints (étang, flaque, etc., elles peuvent se révéler très dangereuses. La pollution (produits phytosanitaires, eaux usées rejetées dans la nature…) favorise grandement leur multiplication anormale provoquant la libération de grandes quantités de cyanotoxines dans l’eau lors de fortes températures.

Une eau de couleur verte ne dénote pas forcément la présence de ce tueur silencieux (beaucoup de cyanobactéries ne sont pas dangereuses non plus) ; des analyses en laboratoire peuvent elles seules confirmer de la toxicité.

Modes d’intoxication :

Par contact (immersion, jeu) ou par ingestion.

Les toxines produites sont de plusieurs familles et peuvent affecter différents organes : -> Des dermatotoxines attaquent la peau et les muqueuses

-> Des hépatotoxines attaquent le foie

-> Plus rarement des neurotoxines peuvent attaquer le système

nerveux

Symptômes chez le chien :

En plus des atteintes cutanées potentiellement plus visuelles que dramatiques, les atteintes à la santé de l’animal sont malheureusement graves, voire mortelles lorsque que ce dernier à ingéré de l’eau contaminée car quelques gorgées suffisent et l’homme ne fait malheureusement pas assez attention à la qualité de l’eau dans laquelle le chien peut se baigner ou boire.

Dans tous les cas (et même en cas de doute), les symptômes observés suite à une exposition probable relève de l’urgence vétérinaire.

-> Dermatotoxines :

En cas de contact cutané lors de baignades le plus souvent, les dermatotoxines interagissent avec la peau de l’animal générant le plus souvent comme symptômes :

-> des inflammations de la peau

-> des dermatites de la peau

-> Hépatotoxines :

Suite à leur ingestion, les hépatotoxines s’attaquent au foie du chien en générant une nécrose (mort du tissu) pouvant conduire à une hémorragie donc un grand risque de mortalité. Les symptômes observables les plus courants chez les chiens sont les suivants :

-> changement de comportement (état de faiblesse, apathie)

-> coloration des gencives et des muqueuses pâles ou jaunes

-> vomissements

-> diarrhée avec présence de sang

-> selles de couleur noire

-> Neurotoxines :

Suite à leur ingestion, les neurotoxines une fois qu’elles atteignent le système nerveux central du chien créent très rapidement la paralysie des muscles respiratoires entraînant le plus souvent la mort de l’animal. Les symptômes d’intoxication les plus courants sont les suivants :

-> muqueuses cyanosées (bleues)

-> hyper salivation

-> tremblements

-> trouble de l’appareil locomoteur (le chien ne peut plus se

déplacer)

-> difficultés respiratoires

Prévention :

Le plus simple reste de ne pas prendre de risque lorsque vos observations vous mettent le doute quant à la qualité visuelle d’un plan ou d’un cours d’eau.

Chaque année, les Agences Régionales de Santé (ARS) s’assurent de la qualité des eaux de baignade (donc pas de tous les points d’eau que l’on peut rencontrer lors de balade canine). Le site internet de l’ARS fourmille d’informations sur le sujet, y compris les contrôles mis en œuvre (lien en fin d’article). De même, la qualité des eaux de baignade en France est disponible sur un site internet (lien en fin d’article).

N’oubliez pas que même si les conséquences sont généralement moins graves chez l’homme que chez le chien, elles existent quand même et sont loin d’être bénignes.

Chien contaminé, que faire en cas de symptôme ou de doute :

Lorsque l’on se rend compte des premiers symptômes visuels, les toxines ont déjà bien détérioré la santé de l’animal, souvent son état se dégrade très rapidement malheureusement vers la mort (c’est pour cela que la prévention est aussi importante dans ce risque sanitaire).

  1. Vous devez appeler au plus vite soit le vétérinaire le plus proche soit un centre antipoison animal (coordonnées en fin d’article) <