• David ROUSSIN

Approcher, sécuriser et évacuer un chien ou un chat blessé

Dans un monde qui va de plus en plus vite une multitude d’accidents peut malheureusement arriver que ce soit sur la voie publique ou ailleurs. Un chien ou un chat blessé, qu’il s’agisse du vôtre ou non, peut-être traumatisé (douleur) autant au niveau physique qu’émotionnellement et peut devenir agressif même envers son propriétaire. Même s’il s’agit de votre animal et que vous pensez le connaître, ses réactions peuvent être surprenantes et parfois dangereuses…pour vous.

Humanimal a réalisé un tutoriel qui reprend les différentes étapes à mettre en œuvre. Vous trouverez cette courte vidéo à ce lien :

Règles incontournables :

  • Prise de décision : Il est primordial de prendre le temps de l’OBSERVATION afin de définir ce qu’il se passe, qui est en danger et ce que l’on va faire. Une fois l’action engagée, il est plus que difficile de reprendre du recul. Ce n’est JAMAIS UNE PERTE DE TEMPS mais un GAIN EN EFFICACITE et en SECURITE.

  • Préparation : Protégez vous avant toute intervention, vous ne savez jamais quels sont les agents contaminants ou dangereux présents. Observez autant le lieu où l’animal se trouve que le lieu où vous allez déposer l’animal blessé (coffre de voiture, trottoir, zone dégagée) que ce soit pour faire des gestes de premiers secours de stabilisation ou pour partir directement à la clinique vétérinaire (prévenue préalablement).

  • Action : Il est fondamental de veiller à votre approche calme de l’animal en envoyant des signaux d’apaisement. Si les signaux d’alarme envoyés par l’animal blessé sont de l’ordre de l’agression, VOUS DEVEZ RECULER et trouver une autre solution sinon vous vous mettrez en danger physique.

Se rendre au contact de l’animal blessé :

Lorsque vous partez au contact de l’animal blessé, vous DEVEZ porter des gants, protéger votre cou et vos bras en les couvrant. S’il s’agit d’un chat, votre visage et surtout vos yeux sont à protéger impérativement.

Vous avez à portée de main de quoi museler le chien ou recouvrir le chat.

  • Voix :

Ne pas crier.

Lui parler calmement et en permanence pour le rassurer.

  • Regard :

Ne pas le fixer droit dans les yeux, ni le perdre de vue.

Le regarder « de côté » en le balayant du regard.

  • Attitude :

Ne pas courir vers l’animal.

Marcher lentement de façon sûre, sans changement de rythme, se baisser progressivement à sa hauteur et lui tendre une main.

Ne jamais approcher l’animal par l’arrière ou essayer de le surprendre.

Aller à sa rencontre « de côté » en dehors de sa zone de bond.

  • Toucher :

Avant de toucher l’animal (JAMAIS SUR LA TÊTE, NI SOUS LE COU).

Lui faire sentir ses mains pour être accepté, le top serait que l’animal effectue les derniers centimètres.

Le plus important ! (et le plus difficile !) :

Aucun animal n’aime la limitation de sa liberté. Lorsqu’un animal est blessé

ou stressé, il peut avoir une réaction aussi violente que dangereuse, d’autant plus que le primo-sauveteur émet sans le vouloir un maximum de signaux de stress (reçu comme tels par le chien ou le chat).

Il est impératif de vous protéger de toute morsure ou griffure, de museler (si le chien est conscient) et de restreindre les mouvements si c’est un chat.

Il conviendra de connaître et d’accepter ses limites et l’impossibilité d’intervenir en fonction des signaux que vous envoie l’animal stimulé.

Reculer sans courir, les bras en croix devant le cou et avec un maximum de calme si :

Dans le cas d’un chien :

Détournement du corps, du regard

Il se lèche la truffe

Pilo-réactivité des poils de l’échine

Oreilles aplaties et pavillons vers l’arrière

Posture debout raide et corps vers l’avant

Queue qui touche le dos, mouvements rapides

Babines et museau retroussés

Vocalises graves et bruyantes

Regard fixe, pupilles totalement dilatées

Dans le cas d’un chat :

Détournement de regard et de corps

Il se lèche la patte, la truffe, l’épaule

Posture arrière recroquevillée, prêt à bondir

Queue basse, mouvements saccadés

Dos arqué, corps gonflé

Pas de côté

Babines et museau retroussés

Vocalises graves et bruyantes (feulement)

Oreilles aplaties et pavillons vers l’arrière

Regard fixe, pupilles totalement dilatées

Contention de museau du chien :

Les meilleures des muselières pour les chiens sont de type ergonomique, en cuir ajouré ou grillagées. Une muselière doit permettre au chien de boire, de manger et de haleter correctement sans pouvoir mordre.

Ne pas museler le chien dans les cas suivants :

  • Détresse respiratoire ou tousse

  • Vomi ou régurgitation

  • Inconscience

Contention du museau du chien lorsqu’une muselière technique adaptée n’est pas disponible :

Technique des 3 nœuds

<